Fraternité de Tibériade Fraternité de Tibériade Fraternité de Tibériade

  • Français
  • Nederlands
  • English (United Kingdom)
  • Deutsch
  • Italian
  • Español
  • Polish
L'année Nazareth

naz2Nous proposons à des jeunes familles de vivre une expérience d'approfondissement de leur foi à travers une année toute donnée au Seigneur.

Les familles vivront l'année dans une petite maison d'un village voisin et approfondiront la vie de Nazareth de la Sainte Famille: une vie simple, cachée et priante, pour s'enraciner dans une vie équilibrée. Il est proposé à ce que le père de famille continue son travail ou éventuellement en retrouve un autre dans la région.

Toute une proximité et un échange sont vécus avec la fraternité de Tibériade: visites régulières des frères et soeurs dans la famille, participation du couple à certains offices à la communauté.

Ce temps  prépare aussi le couple  à une mission future. Les choix peuvent être très divers et sont reçus au sein du couple et discernés avec la fraternité.

Si vous êtes intéressés par vivre cette année Nazareth, écrivez-nous

Témoignages:

JEAN-YVES ET ANGELIQUE: Durant cette année Nazareth, nous habitons à Neuville, entre Beauraing et Lavaux-Sainte-Anne, dans une petite maison sans luxe mais confortable. Notre vie simple est rythmée par la prière, les moments en famille, le travail à l'extérieur ainsi que le jardinage pour Jean-Yves, l'école pour les enfants, le travail lié à la tenue d'un foyer pour Angélique, des temps en lien direct avec la fraternité et des temps d'ouverture aux autres : amis et famille qui viennent nous rendre visite, rencontres avec les voisins et autres,...

naz1La prière personnelle nous permet d'approfondir notre relation avec le Seigneur. Le matin, à Tibériade, Angélique participe à un temps de « Lectio Divina » avec les jeunes de l'année Saint-Jean-Baptiste ; un temps qui permet de se laisser toucher par la Parole de Dieu. Cela l'aide beaucoup à réfléchir et vivre en chrétienne pendant la journée. Et puis, plus on lit la Parole de Dieu, plus on a envie de la lire !

Nous avons également la possibilité de vivre chaque jour un temps de présence gratuite devant le Seigneur en adorant le Saint Sacrement, temps qu'il faut choisir de donner car il y aurait toujours, si on veut, d'autres choses à faire. La prière peut être un combat mais peut aussi devenir une réponse d'amour quand on découvre combien on est aimé par Dieu, malgré nos pauvretés. Nous vivons aussi régulièrement des moments de prière en couple et en famille. Ceux-ci nous permettent d'enraciner nos liens familiaux en Celui qui est tout Amour. Nous y (re)découvrons aussi la grâce du pardon !

Le mercredi matin, nous participons aux laudes avec la fraternité, puis au petit-déjeuner avant le départ pour l'école. Et le dimanche, quand c'est possible, nous vivons l'eucharistie à Tibériade. Une fois par mois, nous avons la chance d'accueillir deux frères ou sœurs pour partager notre repas du soir ainsi qu'une prière. C'est l'occasion pour nous et nos enfants d'échanger avec eux et de mieux les connaître personnellement.

Cette année a aussi été bien vécue par les enfants. Du fait de l'environnement campagnard et de l'absence de télévision, ils ont pu réinventer des jeux avec trois bouts de bois... Joachim a même pu s'improviser berger de treize moutons. Il fallait veiller sur eux tous les jours. Timothée s'occupe de faire pousser quelques salades dans le jardin potager et Elisabeth nourrit, en compagnie de ses frères, les trois poules qui viennent d'arriver. Ils se sont également ouverts aux autres au contact de personnes de diverses nationalités rencontrées à Tibériade. Nous rendons grâce au Seigneur pour cette belle année !

naz4CATHERINE ET JEAN-GREGOIRE: Nos deux années de vie « à Nazareth » pourraient se résumer par les mots « intimité » et « simplicité ».

Nous avons pu vivre une intimité toute particulière entre nous d’abord. Après deux ans de coopération au Liban, d’une vie essentiellement tournée vers l’extérieur, il était temps de se re-poser. Par le rythme de vie de Nazareth, par cette vie plus « cachée », nous étions d’office en intimité familiale. Nous avions par exemple réservé un week-end par mois entre nous. Cela nous rendait d’autant plus disponibles pour les autres ensuite !

Intimité avec Dieu aussi… par nos nombreux temps de prière, seul, en couple et en famille ; par notre lecture de la Parole de Dieu ; par un approfondissement plus intellectuel de notre foi (cours suivis par cassettes audio)… Intimité aussi avec les frères et sœurs de Tibériade : une communion toute simple et riche, un vrai soutien tout au long de ce temps de Nazareth.

Ces deux ans ont également été une école de simplicité ou plutôt de simplification. Le lieu de vie, le « petit salaire » poussent à vivre sans artifice. La configuration des lieux est telle qu’en entrant à Nazareth, on est devant Dieu : nos relations avec tous ceux qui nous entourent n’en ont été que plus vraies.

naz3Et de tout cela, que reste-t-il ? Cela fait six ans que nous avons quitté Nazareth… pas très loin il est vrai (à 20 mètres) mais ce n’est plus la même chose. Cependant, ces deux années-là nous ont permis de mettre nos fondations en Dieu. Nous sommes vraiment marqués par ce temps béni qui nous encourage à rester branchés sur Dieu et son Église. Cela nous a donné un bel élan pour nous investir dans la paroisse. Nous tentons également de conserver une certaine simplicité dans nos choix de vie.